Les Grandes Heures Automobiles permettent aux participants de partager la même nostalgie dans l’esprit de compétition

930
0
Jean-Michel Bouresche, directeur de la société Box spécialisée dans la rénovation de voitures de collection évoque l'enjeu des Grandes Heures Automobiles. Cette manifestation programmée du 23 au 24 septembre prochain réunit plus de 200 véhicules à Montlhéry près de Paris.

Peugeot News : Que représentent les Grandes Heures Automobiles pour les amateurs de belles voitures ?

Ce troisième meeting est organisé sur l’autodrome mythique de Montlhéry qui fut le premier construit en Europe au début du XXème siècle. C’est LE circuit de référence pour tous les constructeurs y compris Peugeot qui est partenaire avec de nombreux modèles en piste, des plus anciens aux plus récents. Environ 200 voitures qui ont marqué leur époque prennent la piste. Les participants partagent la même nostalgie sans esprit de compétition.

Et pour la société Box ?

L’entreprise présente une dizaine de voitures et autant de motos. Deux Ferrari 250 SWB et 250 LM prendront le départ, ainsi qu’une Jaguar Type D. Nous assurons la maintenance, l’acheminement sur le circuit et l’assistance technique sur la piste.

Quels types de véhicules accueillez-vous dans vos ateliers ?

Notre atelier rénove les automobiles de collection avec une spécialisation dans les voitures de courses. Ce qui exige une technique particulière. Nos clients nous en confie une quarantaine par an afin de les rendre performantes. Ce ne sont pas de futurs objets de musée. Elle doivent rouler ! C’est comme accueillir des chevaux vainqueurs du Grand prix de Diane mis à la retraite, et leur donner une seconde vie.

Pouvez-vous tout réparer?

Oui même si nous ne sommes que sept salariés. Lorsqu’un savoir-faire manque, un spécialiste arrive à la rescousse. Ce fut le cas cette année pour la Jaguar Type D et une Bentley Speed Six de 1930. Les experts sont britanniques, allemands ou italiens. Ce sont soit des retraités, soit des jeunes à qui les pros ont transmis leur compétence.

Certains métiers dans l’automobile sont-ils menacés de disparition? Comment aidez-vous à les sauver?

Du sellier au carrossier, toutes les compétences existent encore à condition d’entretenir un réseau de professionnels dans toute l’Europe. L’activité liée à la rénovation de voitures anciennes est porteuse. A l’heure où l’on parle de mobilité, de véhicules sans chauffeur, la passion pour les belles sportives et l’art du pilotage reste très forte. Le travail ne manque pas.

Rayonnez-vous hors de France?

Cette année nous présentons des voitures sur les circuits américains de Daytona et Sebring en Floride, lors des Classic 24 Hour at Daytona les 11 et 12 novembre et des Classic 12 Hour at Sebring les 2 et 3 décembre.

Quelle est votre plus belle réussite ?

En 1995, j’ai fondé l’écurie de course JMB Racing. Avec la Ferrari 333, l’équipe complétée du pilote Jean-Pierre Jabouille a remporté à trois reprises la coupe du monde des sports prototypes en 1998, 1999 et 2000. L’année prochaine, la Ferrari 333 sera éligible en meeting historique. Cela signifie la fin de « sa carrière » et le début d’une deuxième « vie » plus calme. Les sorties dureront une heure plutôt que trois. Cette étape est émouvante.

Quelle voiture vous transporte le plus?

La Peugeot 908 qui a fini deuxième lors des 24 heures du Mans de 2008. Elle était conduite par Jacques Villeneuve, Nicolas Minassian et Jordi Gene. Aux Grandes heures de l’automobile en septembre, Nicolas Minassian sera au volant. La boucle est bouclée…

Laisser un commentaire