Vers l’ assurance auto à la carte avec Wilov

170
0
Le fameux pay per view s’étend à tous les secteurs. Y compris dans le secteur de l’ assurance automobile avec Wilov.

Le fameux pay per view s’étend à tous les secteurs. Y compris dans le secteur de l’assurance où des offres de plus en plus individualisées voient le jour. Pour preuve, le lancement de l’offre Wilov qui permet de moduler le coût de l’assurance en fonction de l’utilisation de son véhicule.

L’ assurance entre dans une nouvelle ère, celle du Pay when you drive. Comprenez : payez quand vous conduisez. Jusqu’à présent, l’automobiliste s’acquittait de son assurance automobile de manière annuelle comme le faisait ses parents ou ses grands-parents. Désormais, l’analyse des comportements offertes par les systèmes d’analyse des données, le fameux « Big Data », offrent d’autres possibilités.

Certes, l’analyse des données fait partie du monde de l’assurance automobile depuis l’instauration du bonus-malus sur les primes. Mais, aujourd’hui, les assureurs poussent ce principe jusqu’à proposer des offres vraiment individualisées en s’appuyant sur l’utilisation d’un smartphone. Après téléchargement de l’application de l’assureur, il est ainsi  possible d’obtenir un devis et d’y souscrire en ligne. Wilov est l’un des premiers à proposer ce type d’assurance qui permet de moduler le coût de l’assurance avec des économies substantielles pour l’automobiliste. Celles-ci sont difficiles à chiffrer dans l’absolu car cela dépend de chaque profil de conduite, mais les 30 à 40 % d’économies semblent réalisables.

Calcul de la cotisation mensuelle via un Smartphone

Concrètement, le système fonctionne avec un boîtier implanté dans le véhicule qui se synchronise avec le smartphone de l’utilisateur. Cela permet au système de calculer la cotisation mensuelle. Comme le demande la législation, quand le véhicule est stationné ou non utilisé, il est tout de même assuré. Répondant à une véritable demande des consommateurs, de telles offres vont probablement se multiplier dans les prochaines années. A suivre.

Laisser un commentaire