WRC – Tour de Corse : retour sur les aventures de la 308 GTi by Peugeot Sport ! 

La Peugeot 308 GTi by Peugeot Sport a de nouveau défié les Spéciales du Tour de Corse ce week-end, en tant que voiture ouvreuse, après un premier périple dantesque lors de l'édition 2015. Cette année-là, les "Dieux du ciel" n'avaient pas fait de cadeau aux concurrents du WRC. Revenons sur les aventures ensoleillées 2017 de la "féline GTi" en compagnie son pilote, Gregory Guilvert.

Pour cette 60ème édition et hormis les liaisons, 316,76 km de Spéciales étaient au programme des 3 jours de rallye. Le Tour de Corse vu très de près du sol, c’est un asphalte aux virages sinueux et au revêtement cassant, des murets qui apparaissent à très haute vitesse, tels des obstacles de jeux vidéos, ou encore des sorties de virages aux parois rocheuses qui ne font qu’un avec la route. Ce terrain de jeu si particulier a obligé la 308 GTi a repousser ses limites en matière de dynamisme et de tenue de route.

gregory-guilvert à bord de la 308 GTi

Grégory Guilvert n’a pas tardé à se rendre compte du « défi corse » qui l’attendait dès les premiers kilomètres parcourus aux commandes de la 308 GTi. La Spéciale entre Pietrosella – Albitreccia, disputée à deux reprises le vendredi, lui est apparue comme le « juge de paix » du Tour de Corse, comme il l’explique :

« C’est un peu stressé que je me suis lancé dans la première Spéciale de Pietrosella le vendredi matin à 8h22 avant les concurrents du championnat du monde WRC. Mais de suite, je me suis senti à l’aise. J’ai retrouvé mes marques au volant de la 308 la plus puissante de la gamme. La position de conduite, la précision du train avant ainsi que la motricité et stabilité au freinage, grâce à l’autobloquant Torsen, m’ont permis de mettre du rythme immédiatement. »

308gti-tour-de-corse-25Le lendemain, autre décor, autre ambiance, le week-end débutant, les spectateurs étaient présents en masse au bord de la route pour une nouvelle Spéciale de 48,71 km (La Porta – Valle di Rostino). De nouveau, Grégory nous livre ses sensations :

« Heureusement que la voiture était juste parfaite car les routes étaient si étroites, avec si peu d’adhérence, à cause des graviers, que je n’ai pu qu’approuvé l’efficacité de ma 308 GTi. Même sur ces routes, le sous-virage pour lequel nous sommes en perpétuel combat sur circuit était inexistant. Que du bonheur ! »

308gti-tour-de-corse-23Habitué aux circuits et autres pistes d’essai, le pilote d’essai Peugeot a découvert des sensations insoupçonnées lors des Spéciales :

« Le plaisir était si intense au volant de la 308 GTi, avec le tutoiement de ses limites et des miennes surtout (rires). Après les quatre premières Spéciales, je me serai bien vu échanger ma licence circuit contre une licence rallye. »

Peugeot 308gti-tour-de-corse 2017

La prudence puis du plaisir se sont succédés pour le premier jour de sa carrière en rallye. Le lendemain, Grégory a abordé la journée avec un état d’esprit conquérant synonyme de plaisir mais le risque était partout :

« La confiance était telle, que lors de l’ES6 (Novella – 17-27km), j’ai fait une belle glisse des 4 roues dans un droit assez serré, et, fort heureusement, la voiture m’a permis de maîtriser la situation. J’ai alors ressenti des sensations incroyables car nous avions d’un côté le précipice et de l’autre le flanc de la montagne. »

Le lendemain, Daniel Elena a pris le relais au volant de la VIP 3. L’occasion pour Grégory Guilvert de tirer un bilan de ce Tour de Corse 2017.

« Je ne peux qu’approuver la robustesse de cette Peugeot 308 GTi. Elle a littéralement avalé les Spéciales du tour de Corse 2017 avec efficacité et les sensations ressenties à son volant ont été incroyables. »

308gti-tour-de-corse-35En Corse, la 308 GTi a donc fait preuve d’une endurance à toute épreuve. Tous ses organes mécaniques ont résisté aux conditions de roulage extrêmes des secteurs chronométrés. Grégory n’a pas eu une seule seconde pour profiter des paysages magnifiques de l’île de beauté. Concentré sur son pilotage, les réactions de la compacte sportive ont validé de nouveau les choix de développement opérés par Peugeot Sport comme il l’explique :

« Cela m’a permis de me remémorer tous les choix techniques qui ont été décidés sur circuit et sur route. Maintenant, je peux vous dire que les réglages du châssis ont parfaitement joué leur rôle sur ces Spéciales si bosselées et sinueuses que j’ai pu avaler au volant avec un plaisir immense. »

Retrouvez plus d’infos sur le Tour de Corse ici ! 

Laisser un commentaire